Qu’est-ce qu’une nymphomane ?

N’ayons pas peur des mots : dans notre société contemporaine, le sexe est partout ! Les publicités par exemple utilisent des images et des postures plus ou moins explicites pour nous vendre tout et n’importe quoi…

Les femmes y sont présentés (et dans bien d’autres médias encore) comme des objets sexuels et la misogynie derrière tout cela est sans nom.

Dans ce contexte particulier, bien des valeurs sont bafouées et bien des confusions sont faites notamment entre ce qui est réel et ne l’est pas, entre ce qui relève du fantasme ou de la réalité. Voilà pourquoi il nous semble important de définir clairement ce qu’est ou non une nymphomane.

Un terme médical

Il y a bien souvent une distinction entre le langage courant et le langage scientifique… Or lorsque le terme « nymphomanie » est utilisé au niveau médical, il est employé pour définir une pathologie que l’on présente aussi sous le nom de « sexualité compulsive » ou « hypersexualité ».

Il s’agit, pour le définir le plus simplement et clairement possible, d’une recherche permanente et constante du plaisir généré par les relations sexuelles.

Cette définition reste tout de même assez floue et on peut donc ajouter qu’il s’agit aussi d’une perte de contrôle de sa sexualité, d’une recherche pathologique de l’acte sexuel malgré les conséquences sociales préjudiciables que cela entraine.

Qui est « nymphomane » ?

Vous l’avez donc compris, en réalité le terme de « nymphomane » ne devrait pas être attribué à la légère car il engendre une véritable souffrance pour la personne qui en est « victime » mais aussi pour son entourage. Il devrait donc être réservé à une femme qui souffre réellement de nymphomanie au point de remettre en question ses relations sociales avec les autres et générer bien des problèmes encore.

Une nymphomane, c’est donc une personne de sexe féminin (le terme de satyre est utilisé pour les hommes) qui est malade, qui souffre d’une addiction au sexe. Comme toute maladie additive, la nymphomane est principalement préoccupée par l’obtention de sa drogue afin d’éviter tout syndrome de manque. A l’image d’un cocaïnomane ou d’un alcoolique, la nymphomane vit donc une véritable souffrance et adopte bien des comportements pathologiques pour assouvir son besoin.

Qualifier une femme de nymphomane parce qu’elle choisit par exemple de vivre comme elle le désire sa sexualité est donc dans la grande majorité des cas une erreur de langage souvent employé d’ailleurs par la gente masculine pour offenser, rabaisser ou insulter ce qui peut-être en réalité perçue comme une manifestation de la liberté.

A lire aussi au sujet de la nymphomanie

Bien choisir sa prothèse auditive

Pour les personnes qui ont des problèmes d’audition, le choix d’une prothèse auditive est souvent délicat. En effet, de nombreux modèles d’appareils auditifs sont proposés sur le marché et une personne qui n’a pas une connaissance approfondie de ces produits risque d’avoir du mal à évaluer les qualités réelles de ceux qui lui sont présentés.

Pour faire une présélection en vue d’éliminer les prothèses auditives qui ont le moins de chances de vous donner satisfaction, il est conseillé de commencer par consulter un audioprothésiste, voire un médecin oto-rhino-laryngologiste qui vous précisera les critères auxquels doit répondre un appareil auditif pour donner un bon résultat dans votre cas. En effet, cet appareil doit notamment être adapté à votre pathologie et ne pas risquer de provoquer une réaction allergique ou d’autres effets secondaires désagréables.

Après avoir demandé conseil au corps médical, connectez-vous sur Internet pour découvrir les appareils auditifs disponibles sur le marché pour les malentendants.

Ensuite, il faut examiner les caractéristiques de chaque prothèse présentée et éliminer celles qui ne répondent pas aux recommandations de votre audioprothésiste ou de votre médecin ORL. Il faut notamment vérifier si vous pourrez utiliser le modèle de votre choix en toutes circonstances, notamment à bord d’un avion ou d’un train ou dans tout autre environnement bruyant. Si vous empruntez souvent ces moyens de transport, éliminez les modèles que vous ne pourriez pas utiliser dans de bonnes conditions lors de vos voyages ou de vos loisirs, vous le regretteriez. Certains modèles de protheses auditives répondent à cette attente tout en étant à peine visibles, ce qui permet au patient de bénéficier discrètement d’un bon confort acoustique.

Si vous suivez ces quelques conseils, vous aurez toutes les chances de trouver l’appareil auditif qui correspond à vos besoins et vous accompagnera pendant de longues années.

Les causes de malvoyance et leurs solutions

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est une maladie de l’œil, principalement de la rétine, en sa zone centrale appelée macula. Elle frappe les personne âgées de 50 ans et plus. C’est d’ailleurs la première cause de malvoyance dans cette catégorie d’âge. En France, on estime à plus d’un million le nombre de personnes concernées par cette pathologie.

Manifestations et diagnostic

Les signes précurseurs de la dmla sont très discrets, et ne sont pas souvent pris au sérieux par les sujets atteints. On observe une baisse de la vision, un besoin accru de lumière pour voir ou lire, une déformation des images.

Il existe deux formes de la maladie :

  • Une forme dite sèche ou atrophique. Elle connaît une évolution lente. Les cellules de la zone rétinienne s’atrophient progressivement.
  • Une forme humide ou exsudative qui se caractérise par la formation de néovaisseaux choroïdiens dans le centre de la rétine. Cette forme connaît une évolution rapide.

Dans l’un ou l’autre des cas, seul un spécialiste est habilité à la diagnostiquer. A Créteil, le professeur Souied et son équipe du
service d’optalmologie sont spécialistes du traitement de la dmla. Les ophtalmologues de Créteil vous soumettront à un examen du fond de l’œil afin d’établir le diagnostic.

Traitement de la dégénérescence maculaire

La détection précoce est le premier facteur garantissant une prise en charge efficace du mal. C’est pourquoi des centres comme le centre d’ophtalmologie de Créteil, creteilophtalmo.fr, organisent régulièrement des séances de dépistage.

A ce jour, l’ophtalmologie n’offre pas de remède pour la forme atrophique. Cependant le recours à la rééducation et un équipement d’accompagnement restent possibles.

S’agissant des formes exsudatives, un traitement macula est possible. Il vise à détruire les néovaisseaux et à stabiliser la vision. Il s’agit de la photocoagulation au laser, des injections intra-oculaires périodiques , la photohérapie dynamique, etc. Un suivi d’appoint de l’orthoptiste peut s’ensuivre afin d’aider le patient à utiliser de façon optimale sa vision périphérique.

Plus d’informations sur creteilophtalmo.fr.

Comment faire pour palier les pertes auditives ?

Les pertes auditives n’attendent pas les années avant d’arriver et les problèmes commencent dès que vous vous retrouvez à devoir demander « Tu peux répéter ? » ou « Qu’est-ce que tu dis ? ». Pour pallier ces problèmes, il existe des solutions telles que la prothèse auditive. Mais comment s’assurer de choisir le meilleur modèle parmi tous ceux qui existe sur le marché actuellement ?

Des modèles en constante évolution

En effet, les évolutions sont nombreuses et n’ont aujourd’hui plus grand-chose à voir avec le sonotone à entonnoir. Il est possible, si vous n’avez que des troubles légers de l’audition, de passer par une aide auditive. L’équivalent des lunettes loupe par rapport aux lunettes de vue. Mais si votre audition continue de se dégrader, il faudra envisager d’opter pour un appareil auditif.

Faites confiance à un bon audioprothésiste

Les prothèses auditives sont des appareils complexes et les résultats peuvent être difficiles à atteindre. C’est pourquoi il est important de faire appel dès les premiers signes à un audioprothésiste diplômé d’état qui pourra vous aider et vous aiguiller dans votre choix. Pensez à prendre rendez-vous le plus tôt possible, plus vous attendrez plus il sera compliqué de récupérer une bonne audition.

Prenez le temps de choisir le modèle qui correspond à vos besoins

En effet, une fois que vous avez fait votre choix parmi les différents appareils auditifs, il est conseillé de ne pas changer. Pendant votre traitement, l’appareil est associé à un forfait et nous vous conseillons de changer uniquement lors d’un bilan avec votre médecin qui lui, pourra vous aiguiller vers un modèle qui vous convient davantage.

Préférez équiper vos deux oreilles

Le problème le plus fréquent lors de pertes auditives est d’avoir une audition déséquilibrée. C’est pourquoi il est important de faire équiper ses deux canaux auditifs, même si les réglages peuvent être différents. Cependant, si une de vos oreilles est restée performante, il peut être inutile de l’équiper en prothèse. Grâce à ces quelques conseils, vous devriez être capable de trouver le modèle qui vous convient et ainsi retrouver une bonne audition. Les prothèses ne font pas des miracles et ne vous redonnent pas l’audition de vos 20 ans, mais sont des bons moyens d’améliorer votre quotidien.

Plus d’informations sur www.maison-appareil-auditif.com

Comment traiter la DMLA ?

La dégénérescence maculaire liée à l’âge touche en France 8% de la population dont 25 à 30% des personnes âgées de plus de 75 ans. La maladie est caractérisée par un vieillissement prématuré et trop rapide d’un élément essentiel de l’œil : la macula. Située au centre de la rétine et malgré sa petite taille (seulement 2 millimètres), la zone est responsable du transport de plus de 90% des informations visuelles. La maladie peut se présenter sous 2 formes : la forme atrophique ou sèche, la plus courante, et la forme humide ou exsudative, plus rare mais plus grave.

La DMLA se caractérise par plusieurs symptômes qui apparaissent progressivement puis s’expriment de plus en plus intensément. Le premier est une perte de l’acuité visuelle : le patient ressent des difficultés à percevoir les détails, et cela de façon rapide dès le début de la maladie. Il peut également observer une déformation ou une ondulation des lignes droites. Dans la majorité des cas, le malade verra sa sensibilité aux contrastes diminuer. Enfin, la maladie se caractérise par l’apparition d’une tâche sombre au centre de l’œil. Tous ces éléments doivent être pris très au sérieux, et entraîner une prise de rendez-vous en ophtalmologie. Le service d’ophtalmologie de Creteil, dirigé par le professeur Souied, est l’un des plus compétents dans la prise en charge de la maladie. Son site internet www.creteilophtalmo.fr met à disposition un dossier très complet sur la maladie, du dépistage à la prise en charge.

A ce jour, il n’existe aucun traitement de la DMLA qui soit réellement curatif. Pour la forme exsudative, le patient peut bénéficier d’un traitement par laser ou par injection intraveineuse. Pour la forme sèche, il n’existe pas de traitement de la macula direct. Une supplémentation en antioxydants et vitamines permet néanmoins de ralentir l’avancée de la maladie. Pour plus d’informations et de conseils sur le suivi et l’accompagnement à donner aux personnes atteintes, le site www.creteilophtalmo.fr propose de rencontrer un ophtalmologue de Créteil dans des délais courts.

S’installer a Rennes pour un nouveau depart ?

Vous êtes un particulier et vous avez en tête un projet de déménagement dans les Pays de la Loire et la Bretagne ? Le site http://www.limmobilier-entre-nous.com a été conçu pour accompagner tous les acquéreurs de biens immobiliers dans ces régions.

Les atouts

Divers services intégrant la vente ou la location d’un bien à l’emménagement sont mis à la disposition des particuliers. Lorsqu’un bien vous intéresse, une aide personnalisée vous est proposée pour une réalisation rapide et complète de votre projet immobilier.

Vous optez pour une location d’appartement à Rennes, un bien immobilier à Laval ou un lot immobilier à Saint-Malo ?

De nombreuses annonces sont consultables par les internautes. Si vous avez repéré une annonce qui vous intéresse dans l’une des agences immobilières de Rennes, il est probable que vous retrouviez sa publication sur le site http://www.limmobilier-entre-nous.com car diverses agences immobilières locales y mettent en ligne leurs annonces. Si vous souhaitez vendre, vous serez pris en charge de la publication de votre annonce à l’estimation gratuite de votre bien. En partenariat avec des professionnels de l’habitat, vous obtiendrez, en un clic, les contacts nécessaires pour réaliser votre projet clé en main (études notariales, déménageurs …) ainsi que divers conseils en homestagging pour augmenter la valeur de votre bien.

Le fonctionnement

Plus besoin de vous rendre dans une agence immobilière à Rennes ou une agence immobilière à Laval. Grâce à un système de géolocalisation, vous pouvez facilement consulter les annonces qui vous intéressent en indiquant quelques critères de recherche. Lorsque vous souhaitez vendre ou que vous recherchez un appartement à louer à Rennes, vous créez votre compte puis vous publiez votre annonce ; le site procède ensuite à l’inscription de votre recherche. Pour plus de confort et augmenter les chances de réaliser rapidement votre projet, trois formules d’abonnement vous sont proposées. Votre futur hâvre de paix se situera peut-être en Bretagne dans une location à Rennes …

Les compléments alimentaires sont ils dangereux pour la santé ?

Les compléments alimentaires, on en a tous entendu parler mais on ne sait pas toujours à quoi ça sert, quand il faut en prendre, s’ils présentent des risques… Le point sur ces produits de plus en plus nombreux que l’on peut trouver sur des boutiques comme www.nutrition-outlet.org.

Qu’est-ce que c’est ?

Aujourd’hui, on sait qu’un complement alimentaire vient en ajout d’un régime normal, apporte une source de nutriments ou d’autres substances pour un effet nutritionnel ou physiologique. Ces compléments existent sous des formes très variées : gélules, ampoules, sachets, comprimés, barres… Ce ne sont pas des médicaments mais les doses journalières doivent être scrupuleusement respectées.

Qu’est-ce qu’il contient ?

La composition est extrêmement variée mais on retrouve des constantes. Les vitamines sont presque toutes utilisées dans un complément alimentaire. Les minéraux et les oligo-éléments favorisent l’énergie et redonnent le moral. Les protéines, les acides gras et les acides aminés dont la créatine ou les bcaa sont aussi très fréquents et utiles pour la prise de masse musculaire. On peut avoir des plantes et des excipients comme sur nutrition-outlet.org

Pour quels effets ?

Les compléments alimentaires ont souvent plusieurs effets combinés. On peut consommer des anti-oxydants bons pour la santé en général, des brûle-graisse en association avec une alimentation équilibrée, des compléments qui permettent de favoriser la prise de masse ou d’autres pour lutter contre la fatigue. Certains sont destinés plus particulièrement aux sportifs et servent à booster l’énergie que ce soit pendant ou après l’entrainement. D’autres favorisent une protection articulaire et un sentiment de bien-être corporel.

Que faut-il retenir ?

Les compléments alimentaires peuvent réellement aider l’organisme. Ils contiennent des produits actifs et les doses préconisées doivent être scrupuleusement respectées même si ces produits sont en vente libre. La durée de cure doit également être suivie car elle est indiquée pour obtenir les effets maximums.

Source : http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2001/mag0302/nu_3700_complements_niv2.htm

L’aide des proches pour lutter contre une addiction

Que ce soit, l’alcool, l’héroïne, la nicotine ou le jeu, toutes sont des formes d’addiction. Ces formes ont des points communs non négligeables : l’objet de l’addiction est consommé beaucoup plus par besoin que par plaisir, elle cause une perte de contrôle de soi, elle éloigne de la réalité et le sujet est totalement emporté dans son mauvais comportement. L’addiction qui nous intéresse ici, c’est celle des jeux d’argent. Souvent il est compliqué de se rendre compte de son addiction sans l’aide d’une personne extérieure.

Les différentes étapes d’une addiction pathologique

Dans l’ICD-10, la classification internationale des maladies, le jeu pathologique est défini comme « besoin durable, répété et croissant de pratiquer les jeux de hasard, et ce malgré des conséquences personnelles et sociales négatives, telles que l’endettement, l’altération des relations familiales et une stagnation de la vie professionnelle. » (Source: blog de casinofrance.org).
Lorsque les jeux d’argent ne sont plus un divertissement, ils deviennent un problème. Il faudra évaluer la gravité de la situation selon le degré de dépendance. Un ludopathe, il joue jusqu’à vider tous les sous de sa poche. Il est obsédé par le jeu et n’arrive pas à s’arrêter. Il va jusqu’à contracter des dettes pour jouer et puiser les ressources financières familiales jusqu’à épuisement. Son humeur générale se dégrade, il devient stressé, à l’insomnie. Le jeu est vécu comme une drogue ou un enfer par ses adeptes. Certains en arrivent même à faire des dépressions.

L’appui des proches

Généralement, lorsque les proches se rendent compte de l’addiction aux jeux d’argent d’un parent, il est assez tard. Le mal est déjà fait. Les dégâts sont considérables. Alors, comment faire pour l’aider ? La première étape, c’est de discuter franchement avec vos proches. Parlez leur de votre problème et dites toutes les actions que vous avez eu à poser jusque-là. Ne soyez pas restrictif. Soyez clair, honnête et responsable. Assumez vos actes commis et demandez de l’aide. Si besoin y est, demandez-leur de ne pas porter un jugement sur vous et de ne pas vous culpabiliser encore plus. Votre souhait est de vous en sortir. Soyez vrai dans ce que vous dites et ayez réellement la volonté de la faire. Il doit s’installer entre vous un climat de compréhension mutuelle pour favoriser l’aide. Cette démarche permettra à vos proches de vous orienter dans les actions à mener pour vous rendre votre indépendance. Laissez-vous aider et écouter les conseils et les solutions et restrictions qui vous seront mises en place.
Si le degré de dépendance est trop élevé, vos proches peuvent vous orienter vers des groupes de soutien.

Les autres alternatives

Il existe des groupes de parole ou des thérapeutes pour personnes malades des jeux d’argent. Il vous sera proposé des solutions concrètes pour les habitudes des jeux. Ils proposent aussi un suivi financier du ludopathe. Le traitement est basé sur un soutien psychologique pour aboutir à l’abstinence totale du joueur. C’est un problème qu’il faut prendre au sérieux et ne pas négliger. La dépendance aux jeux d’argent entraine parfois des joueurs au suicide. Le traitement doit être vraiment de taille pour éviter une rechute du patient après quelques mois ou quelques années.

Vous pouvez trouver d’autres solutions pour régler votre addiction dans cet article.

Se rendre compte de son addiction aux jeux d’argent

L’addiction au jeu est un mal qui touche un grand nombre de joueurs (environ 600 000 en France) dont la plupart ne se rendent pas toujours compte de la dépendance qu’ils sont en train de développer. Différents facteurs contribuent au développement d’un comportement dépendant vis-à-vis du jeu et servent de critères sur lesquels se baser les spécialistes pour détecter une addiction aux jeux de hasard. Nous avons d’ailleurs rédiger il y a quelques semaines de cela un article des 3 signes qui montrent que vous êtes accro aux jeux d’argent, aller donc le consulter si vous doutez encore.

Les facteurs mis en cause

Le développement d’une addiction aux jeux de hasard est généralement le résultat de l’interaction de plusieurs facteurs, notamment l’illusion d’avoir une prise sur le hasard, l’attirance du gain, la fièvre du jeu et la conviction que la chance va tourner. S’il y a un des éléments sur lesquels l’homme en général n’a aucun pouvoir, c’est bien le hasard. Et pourtant, les joueurs de jeux de hasard pensent souvent pouvoir maîtriser tous les aspects du jeu grâce à leur intelligence et parfois avec de l’habileté, ce qui est totalement irréel. Généralement, les premières fois qu’on essaie un jeu, on y gagne parfois des sommes importantes. Cette « chance du débutant » entraîne chez certains un goût incontrôlé pour le gain qui les amène à jouer toujours plus dans le but de gagner même s’ils accumulent plusieurs pertes par la suite. Ainsi, malgré les échecs en série, le joueur continue à s’adonner au jeu, considérant cette activité comme étant la seule façon de s’offrir un mieux-être. La personne entre ainsi dans un tourbillon dont il aura du mal à se sortir.

Les signes de l’addiction

Les spécialistes ont déterminé une durée au-delà de laquelle un joueur est considéré comme addict aux jeux de hasard. Ainsi un joueur qui reste plus de 6 minutes d’affilée devant un jeu de hasard quotidiennement, que ce soit dans un casino terrestre ou en ligne est considéré comme dépendant au jeu. Le phénomène est souvent anodin au début. Le joueur s’initie d’abord aux règles du jeu et acquiert progressivement de l’expérience, ce qui lui permet de gagner les premières fois. Peu à peu, il n’a plus de vie sociale, il s’isole par rapport à son entourage, pour s’enfermer exclusivement dans son monde de jeu. Il montre une perturbation sur les plans affectif et intellectuel, ne trouvant plus aucun intérêt à une autre activité que le jeu. Le gain que le jeu est supposé lui procurer devient son unique source de motivation, au point où il oublie même certains gestes de la vie quotidienne. Ainsi, le joueur indépendant ne s’alimente plus, il oublie de faire sa toilette, il ne s’investit plus dans des activités avec ses proches. L’addiction au jeu peut même aller jusqu’à causer des troubles du sommeil, le jeu devient alors le seul refuge où le joueur trouve son bien-être. Il est même prêt à vendre des objets chers, commettre un acte illégal ou emprunter de l’argent pour financer ses parties. Le joueur addict devient peu soucieux du bien-être de sa famille et de son propre bien-être au profit du jeu. Il peut même aller jusqu’à penser à se faire mal ou à se suicider après une partie de poker.
Source : Doctissimo.fr et jeuxcasino.com

Nos conseils pour en finir avec les fuites vaginales

Vous souffrez de fuites urinaires et ça vous gâche la vie ? Voici quelques astuces pour les éviter. Vous verrez qu’en changeant vos habitudes, de nettes améliorations se feront sentir.

Les boissons, l’alcool et la cigarette

Ce n’est pas en arrêtant de boire que vous empêcherez les fuites urinaires. Alors continuez de boire de l’eau, mais trouvez un juste milieu. En ce qui concerne les autres boissons comme le café, le thé, ou encore l’alcool, elles peuvent irriter votre vessie et mener à l’incontinence. A consommer avec modération donc. Pareil pour la cigarette. Lorsqu’on tousse à cause de la fumée, on exerce une pression sur la vessie et cela provoque des incontinences urinaires. Mieux vaut donc éviter de fumer.

Les kilos en trop et le sport

Attention, lorsqu’on a une certaine surcharge pondérale, on est amené à aller un peu plus souvent aux toilettes que la moyenne. Et pour mincir, il faut faire de l’exercice.

On peut faire des exercices ciblant le périnée, afin de pouvoir mieux contrôler sa vessie. Evidemment, ces exercices se font régulièrement pour des effets à long terme. Rééduquer sa vessie permet de réduire les dysfonctionnements urinaires de façon très effective. Entraînez-vous à vous retenir, vous verrez que petit à petit, vous n’aurez plus besoin d’aller aux toilettes alors que votre vessie n’a pas atteint sa capacité maximum. (source)

Les charges lourdes et les talons hauts: à éviter absolument

Lorsque vous transportez des sacs de courses pleins et très lourds, vous augmentez les risques d’incontinence. En effet, le bassin en souffre, ainsi que le plancher du périnée. Quant aux talons hauts, ils affaiblissent la colonne vertébrale et compressent la vessie engendrant des incontinences urinaires. Alors préférez les cabas et les ballerines !

Gagner du temps

Lorsqu’on va aux toilettes, on aime bien y aller rapidement sans devoir faire le parcours du combattant. Alors rendez vos petits coins faciles d’accès et surtout, habillez-vous de façon pratique: pas sûr qu’une combinaison, ou qu’une salopette soient des choix très opportuns lorsqu’on souffre de dysfonctionnements urinaires.

Côté médical

Si aucune des astuces ci-dessus ne fonctionne, vous pouvez demander à votre médecin de vous insérer une poche de drainage via un cathéter, mais cette solution ne peut être que temporaire. Sinon vous pouvez vous tourner vers les serviettes absorbantes.

Certains médicaments existent pour traiter l’incontinence, et on peut également se faire opérer mais il faut impérativement consulter un spécialiste pour déterminer vos besoins en la matière.

Si au contraire, vous souffrez de sécheresses vaginales, nous avons également rédiger un article à ce sujet.