Tous les articles par Bernard

L’aide des proches pour lutter contre une addiction

Que ce soit, l’alcool, l’héroïne, la nicotine ou le jeu, toutes sont des formes d’addiction. Ces formes ont des points communs non négligeables : l’objet de l’addiction est consommé beaucoup plus par besoin que par plaisir, elle cause une perte de contrôle de soi, elle éloigne de la réalité et le sujet est totalement emporté dans son mauvais comportement. L’addiction qui nous intéresse ici, c’est celle des jeux d’argent. Souvent il est compliqué de se rendre compte de son addiction sans l’aide d’une personne extérieure.
Continuer la lecture de L’aide des proches pour lutter contre une addiction

Se rendre compte de son addiction aux jeux d’argent

L’addiction au jeu est un mal qui touche un grand nombre de joueurs (environ 600 000 en France) dont la plupart ne se rendent pas toujours compte de la dépendance qu’ils sont en train de développer. Différents facteurs contribuent au développement d’un comportement dépendant vis-à-vis du jeu et servent de critères sur lesquels se baser les spécialistes pour détecter une addiction aux jeux de hasard. Nous avons d’ailleurs rédiger il y a quelques semaines de cela un article des 3 signes qui montrent que vous êtes accro aux jeux d’argent, aller donc le consulter si vous doutez encore.

Les facteurs mis en cause

Le développement d’une addiction aux jeux de hasard est généralement le résultat de l’interaction de plusieurs facteurs, notamment l’illusion d’avoir une prise sur le hasard, l’attirance du gain, la fièvre du jeu et la conviction que la chance va tourner. S’il y a un des éléments sur lesquels l’homme en général n’a aucun pouvoir, c’est bien le hasard. Et pourtant, les joueurs de jeux de hasard pensent souvent pouvoir maîtriser tous les aspects du jeu grâce à leur intelligence et parfois avec de l’habileté, ce qui est totalement irréel. Généralement, les premières fois qu’on essaie un jeu, on y gagne parfois des sommes importantes. Cette « chance du débutant » entraîne chez certains un goût incontrôlé pour le gain qui les amène à jouer toujours plus dans le but de gagner même s’ils accumulent plusieurs pertes par la suite. Ainsi, malgré les échecs en série, le joueur continue à s’adonner au jeu, considérant cette activité comme étant la seule façon de s’offrir un mieux-être. La personne entre ainsi dans un tourbillon dont il aura du mal à se sortir.

Les signes de l’addiction

Les spécialistes ont déterminé une durée au-delà de laquelle un joueur est considéré comme addict aux jeux de hasard. Ainsi un joueur qui reste plus de 6 minutes d’affilée devant un jeu de hasard quotidiennement, que ce soit dans un casino terrestre ou en ligne est considéré comme dépendant au jeu. Le phénomène est souvent anodin au début. Le joueur s’initie d’abord aux règles du jeu et acquiert progressivement de l’expérience, ce qui lui permet de gagner les premières fois. Peu à peu, il n’a plus de vie sociale, il s’isole par rapport à son entourage, pour s’enfermer exclusivement dans son monde de jeu. Il montre une perturbation sur les plans affectif et intellectuel, ne trouvant plus aucun intérêt à une autre activité que le jeu. Le gain que le jeu est supposé lui procurer devient son unique source de motivation, au point où il oublie même certains gestes de la vie quotidienne. Ainsi, le joueur indépendant ne s’alimente plus, il oublie de faire sa toilette, il ne s’investit plus dans des activités avec ses proches. L’addiction au jeu peut même aller jusqu’à causer des troubles du sommeil, le jeu devient alors le seul refuge où le joueur trouve son bien-être. Il est même prêt à vendre des objets chers, commettre un acte illégal ou emprunter de l’argent pour financer ses parties. Le joueur addict devient peu soucieux du bien-être de sa famille et de son propre bien-être au profit du jeu. Il peut même aller jusqu’à penser à se faire mal ou à se suicider après une partie de poker.
Source : Doctissimo.fr et jeuxcasino.com

Nos conseils pour en finir avec les fuites vaginales

Vous souffrez de fuites urinaires et ça vous gâche la vie ? Voici quelques astuces pour les éviter. Vous verrez qu’en changeant vos habitudes, de nettes améliorations se feront sentir.

Les boissons, l’alcool et la cigarette

Ce n’est pas en arrêtant de boire que vous empêcherez les fuites urinaires. Alors continuez de boire de l’eau, mais trouvez un juste milieu. En ce qui concerne les autres boissons comme le café, le thé, ou encore l’alcool, elles peuvent irriter votre vessie et mener à l’incontinence. A consommer avec modération donc. Pareil pour la cigarette. Lorsqu’on tousse à cause de la fumée, on exerce une pression sur la vessie et cela provoque des incontinences urinaires. Mieux vaut donc éviter de fumer.

Les kilos en trop et le sport

Attention, lorsqu’on a une certaine surcharge pondérale, on est amené à aller un peu plus souvent aux toilettes que la moyenne. Et pour mincir, il faut faire de l’exercice.

On peut faire des exercices ciblant le périnée, afin de pouvoir mieux contrôler sa vessie. Evidemment, ces exercices se font régulièrement pour des effets à long terme. Rééduquer sa vessie permet de réduire les dysfonctionnements urinaires de façon très effective. Entraînez-vous à vous retenir, vous verrez que petit à petit, vous n’aurez plus besoin d’aller aux toilettes alors que votre vessie n’a pas atteint sa capacité maximum. (source)

Les charges lourdes et les talons hauts: à éviter absolument

Lorsque vous transportez des sacs de courses pleins et très lourds, vous augmentez les risques d’incontinence. En effet, le bassin en souffre, ainsi que le plancher du périnée. Quant aux talons hauts, ils affaiblissent la colonne vertébrale et compressent la vessie engendrant des incontinences urinaires. Alors préférez les cabas et les ballerines !

Gagner du temps

Lorsqu’on va aux toilettes, on aime bien y aller rapidement sans devoir faire le parcours du combattant. Alors rendez vos petits coins faciles d’accès et surtout, habillez-vous de façon pratique: pas sûr qu’une combinaison, ou qu’une salopette soient des choix très opportuns lorsqu’on souffre de dysfonctionnements urinaires.

Côté médical

Si aucune des astuces ci-dessus ne fonctionne, vous pouvez demander à votre médecin de vous insérer une poche de drainage via un cathéter, mais cette solution ne peut être que temporaire. Sinon vous pouvez vous tourner vers les serviettes absorbantes.

Certains médicaments existent pour traiter l’incontinence, et on peut également se faire opérer mais il faut impérativement consulter un spécialiste pour déterminer vos besoins en la matière.

Si au contraire, vous souffrez de sécheresses vaginales, nous avons également rédiger un article à ce sujet.

Quels sont les avantages d’un couteau en céramique ?

Aujourd’hui nous allons aborder un sujet indirectement lié à votre bonne santé: nous allons parler couteau. Après la découverte de ce site, je me passionne en effet depuis quelques mois pour les couteaux céramiques, qui me permettent, au final, de me préparer de bons petits plats bien équilibrés 😉

Couteaux en céramique : pourquoi les utiliser ?

Les couteaux en céramique font de plus en plus d’adeptes. Ce n’est pas un hasard et cela est dû à leurs nombreux points positifs :
– Un tranchant impressionnant : les couteaux en céramique ont une qualité de coupe incomparable. Vos découpes seront nettes, précises et de qualité.
– Aucune usure : la résistance et la durabilité sont les points forts de ces modèles de couteaux. La lame va tenir dans le temps sans rouiller ou décolorer tout en gardant mois après mois son tranchant.
– Il ne s’oxyde pas : si vous oubliez vos couteaux dans l’eau, ce n’est pas un problème. En effet, la céramique ne s’oxyde pas au contact de l’eau. De plus, l’acidité des aliments ne va pas attaquer la lame.
– Un entretien très facile : pour entretenir vos couteaux, rien de plus simple. Il suffit de les passer sous l’eau tout simplement.
– Un couteau facile à utiliser : l’utilisation d’un couteau céramique est facilitée par sa lame légère et maniable. S’en servir pour ses découpes va donc être un vrai plaisir au quotidien.
– Pas d’affûtage : contrairement au couteau en acier, vous n’aurez pas besoin de l’affûter durant très longtemps.

Moins d’allergènes dût à l’acier ou un mauvais entretien de vos couteaux traditionnels.

Quelques conseils pour l’utilisation d’un couteau en céramique

– Ne laissez pas les enfants couper avec un couteau en céramique car la lame est très tranchante.
– N’exposez pas la lame à une flamme. En effet, la céramique est conducteur de chaleur
– Ne vous en servez pas pour écraser de l’ail
– Ne faites pas d’effet de levier
– N’achetez pas de modèles bas de gamme qui sont plus fragiles et cassants
– Ne pas l’utiliser pour désosser, écarter ou couper des aliments congelés
– Bien qu’il soit résistant, évitez toutefois de le faire tomber
– Evitez de le laver au lave-vaisselle
– Pour conserver son tranchant, utilisez des planches à découper en bois ou en plastique. Pour ne pas abimer sa lame, évitez donc le marbre, le verre ou un plan de travail trop dur.

Si vous suivez tous ces conseils, vous conserverez durant des années vos couteaux en céramique sans le moindre problème.
Les couteaux en céramiques ont de nombreux atouts qui font leur succès. Ils séduisent de plus en plus tous ceux qui aiment préparer leur repas avec des ustensiles de qualité !

Que faire lorsqu’on est accro aux jeux d’argent ?

Depuis l’ouverture du marché des jeux d’argent en ligne, les français en sont devenus particulièrement friands. La crise économique et la morosité ambiante aidant, de plus en plus de personnes s’accrochent aux jeux d’argent (15 millions de français d’après thecasinocity.fr), en espérant gagner le gros lot pour enfin sortir des difficultés financières. Mais de là à l’addiction, la frontière est bien mince et beaucoup la franchisent avant de sans rendre compte.

Quelques chiffres éloquents

Plusieurs études ont été réalisées sur la passion des français pour les jeux d’argent par diverses structures dont l’OFDT (l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies) ainsi que l’ODJ (l’Observatoire des jeux). Les chiffrent qui ressortent de ces enquêtes et études sont édifiants :

  • La France compte plus de 33 millions de joueurs occasionnels
  • En 5 ans, le nombre de joueurs à doublé en France, et leur budget jeu a triplé
  • 15 % des joueurs jouent uniquement sur les sites de jeux d’argent en ligne
  • ¾ des joueurs jouent au moins une fois par semaine
  • 17 % des français qui jouent uniquement en ligne ont un comportement « problématique ».

Comment devient-on accro et quels sont les signes qui doivent alerter ?

En relevant leur taux de redistribution, les casinos incitent les joueurs à jouer plus souvent. D’ailleurs, dès les premiers gains, ceux-ci sont pressés de rejouer et miser davantage. Malheureusement, les statistiques sont formelles, plus vous jouez, plus vous avez de chance de perdre. Si face à des échecs successifs, au lieu de vous arrêter vous continuer de plus belle, alors il y a lieu de commencer à se poser des questions. Mais ce n’est pas tout. D’autres signes peuvent vous mettre la puce à l’oreille :

  • Vous êtes constamment préoccupé par vos parties passées et celles à venir
  • Vous misez de plus en plus
  • Vous avez essayé en vain d’arrêter ou de réduire vos séances de jeu
  • Vous êtes facilement irritable ou très agité lors des tentatives de sevrage
  • Le jeu vous entraine dans des difficultés (financières, professionnelles ou familiales) que vous essayez de fuir, paradoxalement en jouant
  • Vous vous endettez pour jouer
  • Vous n’avez pas scrupule à jouer illégalement

Quelles sont les issues possibles ?

Comme c’est cas pour toute addiction, le premier pas pour vous en sortir doit venir de vous, c’est-à-dire que vous devez prendre conscience de votre dépendance aux jeux. Ensuite, vous devez accepter l’aide de vos proches, d’un spécialiste ou d’une structure spécialisée. Par mi ces dernières, vous avez par exemple :

  • L’institut du jeu excessif (IJE) : vous pouvez retrouver sur leur site, plusieurs dossiers ainsi que des conseils pratiques pour lutter contre la dépendance aux jeux d’argent.
  • L’association Joueurs écoute info service : elle propose un service s’écoute et d’aide pour les personnes accros aux jeux. Vous pouvez les contacter au ou vous rendre sur leur site internet www.joueurs-info-service.fr.
  • Le Centre de référence sur le jeu excessif (CRJE) : il s’agit d’un centre de recherche sur l’addiction aux jeux d’argent. Mais vous y découvrirez également plusieurs informations utiles sur le jeu excessif.

Les troubles dît à une vie de sédentaire

Depuis de nombreuses années, notre mode de vie a changé et est devenu beaucoup plus sédentaire qu’autrefois. Les nouvelles technologies ont fait qu’on ne bouge plus ou peu et cela a des conséquences sur notre santé et notre vie en général.

Une vie moderne mais sédentaire

Une vie sédentaire, c’est une vie sans activité physique ou presque inexistante. Autrefois, lorsque l’on parlait de vie sédentaire, on pensait aux personnes qui restaient chez eux à ne rien faire. De nos jours, une vie sédentaire englobe même ceux qui ont un travail ou une vie sociale.
En effet, on bouge moins, c’est un vrai constat. Pour le moindre déplacement, tout le monde prend sa voiture. Les ordinateurs ou les jeux vidéo ont laissé la place aux loisirs beaucoup plus actifs. On ne prend plus l’escalier mais l’ascenseur. Tout cela fait que la plupart d’entre nous, sans forcément le vouloir ou en être conscients, mènent une vie de plus en plus sédentaire avec les conséquences que cela entraîne.

Les dangers de la sédentarité

Avoir peu ou pas d’activité physique a des conséquences sur notre santé. La sédentarité se caractérise de plusieurs manières :
– Une prise de poids importante qui peut aller jusqu’à l’obésité
– Un risque de maladies cardiaques. L’inactivité fait que le muscle cardiaque va perdre de sa puissance de contraction et recevoir moins de sang pouvant aller jusqu’à la crise cardiaque.
– Un risque important de diabète
– Des troubles du sommeil
– Un stress permanent
– Risque d’ostéoporose
– Un risque accru de développer un cancer du côlon notamment
Un travail devant un ordinateur toute la journée, prendre sa voiture pour la moindre petit course ou préférer un ascenseur plutôt que l’escalier peuvent donc avoir des conséquences sur notre santé et notre bien-être. Une activité sportive durant 30 minutes par jour est un premier pas vers une vie moins sédentaire.

Les choses à connaître sur les allergènes alimentaires

Ces dernières années, les allergies alimentaires ont considérablement augmenté passant de 1 % à 6 %. Même si ce phénomène est relativement important chez les adultes, les enfants restent les premières victimes.

Tout savoir sur les allergies alimentaires

Une allergie alimentaire est en fait une réaction anormale de notre système immunitaire suite à l’ingestion d’un aliment dit allergène.

Le processus allergique va se dérouler en deux étapes bien distinctes l’une de l’autre. La première phase est la phase de sensibilisation. Elle correspond au premier contact de l’allergène avec l’organisme. La deuxième étape est la phase de déclenchement. L’organisme va se retrouver à nouveau en contact avec l’allergène et une réaction va se produire : c’est l’allergie.

Elle est très fréquente chez l’enfant avant l’âge de 4 ans. Les aliments les plus en cause sont essentiellement d’origine animale comme les œufs, le lait, le poisson et l’arachide.

Les symptômes de l’allergie alimentaire

L’allergie alimentaire provoque de nombreuses manifestations et surviennent dans la plupart des cas, quelques secondes à quelques heures après l’ingestion de l’aliment responsable. Elle se manifeste par les symptômes suivants :

– Un gonflement des lèvres et de la muqueuse buccale

– Des douleurs abdominales

– Des troubles digestifs

– Une urticaire

– De l’asthme

– Un gonflement de la peau significatif de la présence d’œdème

– Des maux de tête

– Un écoulement du nez.

Un choc anaphylactique peut survenir à cause d’une allergie mais cela reste toutefois assez exceptionnel.

Il faut savoir qu’il n’existe aucun traitement pour éliminer une allergie alimentaire. La seule solution consiste à éliminer tout contact avec l’aliment qui en est responsable. D’où l’importance de connaître parfaitement le contenu de tous les produits. Une réglementation européenne agit d’ailleurs dans ce sens.

L’allergie alimentaire est très invalidante et empêche les personnes concernées de manger sereinement. Heureusement, la réglementation évolue avec notamment un étiquetage de plus en plus précis.

Comment bien se brosser les dents

Avoir les dents blanches, un beau sourire mais surtout une bonne hygiène bucco-dentaire passe par un brossage de dents. Mais encore faut-il avoir la bonne méthode !

Pourquoi un bon brossage est-il important ?

Avoir de belles dents et en bonne santé est important. C’est pourquoi se brosser les dents 2 à 3 fois par jour est essentiel. Au quotidien, les dents sont sujettes à des agressions de toutes sortes : salive, aliments ou boissons. La bouche va alors devenir un vrai nid à microbes qui vont être responsables du tartre, des caries et parfois de gingivites. Il est donc primordial d’avoir une bonne hygiène bucco-dentaire.

La bonne méthode pour se brosser les dents

Le brossage dit du « rouleau » est la méthode la plus efficace et est recommandée par les dentistes. Mal connue puisque 17 % seulement des personnes l’utilisent, elle est cependant la plus adaptée pour enlever tous les débris dentaires qui sont insérés ente les dents et la gencive.

Il faut donc brosser les dents en partant de la gencive (côté rouge) vers la dent (côté blanc)en orientant les poils de la brosse à un angle de 45° et en faisant des mouvements circulaires ou arrondis. Beaucoup pense à tort qu’un brossage « horizontal » est la bonne méthode. « Le rouleau » est pourtant le geste le plus efficace.

Brossez vos dents pendant deux à trois minutes. Pensez à utiliser une brosse à dents à poils souples qui est beaucoup moins agressive pour les gencives. Dès que les poils se recourbent, sachez qu’il est temps de la changer. Petite astuce : complétez votre brossage avec l’utilisation de fil dentaire.

Avec cette méthode pour se brosser les dents, vous n’aurez plus à vous soucier de la plaque dentaire et vous aurez le plus beau des sourires !

Règler votre problème de sécheresse vaginale

Trouble connu par une femme sur deux en moyenne, la sécheresse vaginale peut devenir invivable. Bien qu’étant l’un des premiers symptômes de la ménopause, la sécheresse vaginale peut se manifester chez des femmes plus jeunes, pouvant être due à des causes diverses : états de stress, un déséquilibre hormonal, une infection, ou des effets secondaires d’un médicament. Quoi qu’il en soit, grâce à des remèdes tout simples et naturels, il est facile de remédier à ce trouble de la sexualité.

Qu’est-ce que la sécheresse vaginale ?

Lors des rapports sexuels, la pénétration est facilitée grâce à la lubrification du vagin, marquant généralement la stimulation sexuelle chez la femme. C’est donc la lubrification qui donne son élasticité au sexe féminin, humidifiant la zone afin de faciliter les rapports sexuels. Quand la lubrification naturelle en vient donc à être insuffisante ou même manquante, on parle de sécheresse vaginale, c’est l’opposé des femmes fontaines. La pénétration devient alors difficile et les rapports sexuels douloureux.

À quoi est-ce dû ?

La sécheresse vaginale peut être due à différents facteurs : des causes hormonales, psychologiques ou médicamenteuses. La cause hormonale la plus probable d’une sécheresse vaginale est la diminution dans la production des œstrogènes. Ce déséquilibre est fréquent au cours de la ménopause même si certaines modifications de l’équilibre hormonal peuvent en être la cause. Ainsi la grossesse, l’allaitement, et certains troubles ovariens sont des facteurs possibles de la sécheresse vaginale.
D’un autre côté, une mauvaise hygiène de vie peut également provoquer la sécheresse vaginale : une mauvaise hygiène intime, la consommation d’alcool et de tabac. D’autres facteurs psychologiques comme le stress ou la fatigue et même le comportement sexuel de la femme sont des causes non négligeables d’une sécheresse vaginale.

Comment remédier à une sécheresse vaginale ?

La première erreur à éviter face à une sécheresse vaginale est de paniquer. La pratique du tantra peut être un bon exercice pour retrouver le flux naturel.Telle que définie, la sécheresse vaginale est la conséquence de troubles d’ordre psychologique, médicamenteux ou liés à l’hygiène de vie. Par conséquent, des conseils simples vous permettront de vous en débarrasser. Pour commencer, il est important de mettre l’accent sur les préliminaires avant toute pénétration. En effet, pour optimiser la lubrification naturelle, les préliminaires doivent se faire sur la durée et avec douceur. Quant à l’utilisation des gels lubrifiants, mieux vaut prendre quelques précautions. En effet, si certains sont efficaces contre le déséquilibre de la lubrification naturelle, d’autres sont par contre à proscrire. Il faut par conséquent préférer les gels contenant de l’acide hyaluronique, de la vitamine PP ou du glycérol et ceux à base d’eau ou de silicone. Du point de vue de l’hygiène intime, il est préférable de ne pas dépasser deux toilettes intimes par jour, afin de ne pas déséquilibrer la flore vaginale. Autre conseil mesdames, évitez d’être stressée à la perspective d’un rapport sexuel. Si vous avez des appréhensions concernant l’acte, parlez-en avec votre partenaire pour dissiper vos inquiétudes. La régularité des rapports sexuels est aussi un bon moyen d’augmenter la lubrification naturelle du vagin, grâce aux protéines et substances grasses contenues dans le liquide séminal masculin qui nourrissent les tissus vulvaires et vaginaux.

Vous pouvez aussi consulter notre autre article sur les fuites urinaires qui peuvent être une vraie galère.

Activité sportive à jeun, une mauvaise idée

Faire du sport à jeun est une méthode reconnue scientifiquement pour perdre du poids. Mais c’est également une pratique qui n’est pas dépourvue de risques pour la santé.

Pourquoi certains sportifs préfèrent être à jeun ?

De nombreux sportifs de haut niveau courent en étant à jeun afin d’être plus performants et afin de brûler le plus de calories possible. C’est notamment le cas des marathoniens et des fondeurs. Pourquoi font-ils ça ? La raison est simple. Durant la nuit, les réserves de sucres sont utilisées pour assurer l’alimentation énergétique de nos organes. Ainsi, pratiquer une activité sportive à jeun force l’organisme à puiser dans ses réserves de graisses afin de maintenir un bon taux de glycémie.

Les dangers d’une activité sportive à jeun

Faire du sport à jeun va permettre d’accélérer la perte de la masse graisseuse mais cette pratique n’est pas sans risque. Si elle est pratiquée avec exagération, elle peut entrainer une fonte musculaire. Une perte de muscle, c’est l’assurance d’une fatigue et d’un manque d’énergie plus ou moins important.
De plus, pratiquer une activité sportive le ventre vide expose à un risque de crise d’hypoglycémie, due aux réserves du foie qui se retrouvent affaiblies.
Les cellules nerveuses, à défaut de glucose, vont se contenter d’une énergie de remplacement : les corps cétoniques. Lorsque ces derniers sont produits en trop grande quantité, ils vont s’accumuler dans le sang et vont devenir toxiques. Cela peut occasionner des problèmes rénaux, une mauvaise récupération et dans des cas extrêmes, un coma.
Même s’il est très tentant de pratiquer une activité sportive à jeun, cela reste une pratique réservée aux sportifs de haut niveau qui sont suivit par un médecin. Pour les autres, les conséquences peuvent être graves pour la santé et elle est donc déconseillée.

Attention tout de même, ce n’est pas une raison  pour ne plus faire de sport, continuez pour vous sentir mieux dans votre corps !